• Rue de l'enfance

    Tu descends la rue de l’enfance

    Laissant ses lambeaux en belle insouciance,

    Toi que j’ai connue si belle, si plein de connivence,

    En ressortiras-tu plus belle émeraude ?



    Les flancs affinés, en silhouette si gracile,

    Ton ombre ne lui fait pas justice,

    Ton teint pâle ajouré de fine nacre

    Comme sorti de la palette d’un peintre de cour.



    Alain (spock27) -30 décembre 2013

     

    Rue de l'enfance

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :