• Aux abords de Séléné

    Si tu as l’ouïe fine

    Ecoute l’appel, écarte les loups

    Ceux-ci hurlent à la mort,

    Il n’y aucune jeunesse en eux.

     

    Ce à quoi je te convie,

    Ne se convoie pas,

    Ne se désire pas,

    Personne pour s’en languir.

     

    Débarrasses-toi de tes peaux mortes,

    Les abords du Séléné t’attendent.

    Peu d’espoir sous les algues

    Car sans se languir plus encore, viens…

    L’attente n’en a été que trop longue.

     

    Alain, 31 décembre 2013

     

     

    Séléné = satellite de Pluton

     

    Aux abords de Séléné

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :